Saba

ANTONIO MARRAS + SABA

ÉLOIGNEMENTS ET AFFINITÉS


Lorsque la vie tisse la trame de parcours en apparence éloignés

La légèreté du geste et la poésie de la couleur typiques de Saba rejoignent en de nombreux points l’art d’Antonio Marras qui, à l’occasion du Salon du Meuble, réinterprète la collection emblématique de canapés et fauteuils New York, en exploitant les associations textiles inédites de la pré-collection automne-hiver 2018/19. Au travers d’un travail minutieux de réadaptation des imprimés sur des supports d’ameublement, Saba propose à nouveau les motifs des grandes fleurs, du pied-de-poule, du tartan et des scènes de chasse sur des tissus de velours, lin et drap de laine.

Quelques éléments, que l’on ne pourra acheter que dans l’espace Nonostante Marras, seront déclinés comme des pièces uniques et se distingueront par la présence de peintures réalisées par le styliste lui-même.

Saba signera également le bistrot éphémère Marras, où l’on trouvera 60 sièges New York en lin écru, peints à la main comme des toiles.

La performance et les coulisses du projet seront documentées par une vidéo réalisée par la réalisatrice sarde Giulia Achenza, qui a gagné la première édition du Festival du Film de Mode de Milan.

www.youtube.com/watch?v=i-0m0Hhk_vw

 

 

Éloignements et affinités

En 1987, Antonio dessine sa première collection mode.

En 1987, Amelia fonde Saba.

Nous sommes tous deux nés le 21 d’un mois différent, lui dans une Sardaigne éloignée du fracas de la mode, et moi dans une Vénétie où le mot design était aussi lointain que l’Amérique.

Tandis qu’il se familiarisait avec les étoffes dans la boutique de son père, je respirais quant à moi les parfums des tissus dans la boutique de blanchisserie de ma mère.

Lui aimait l’art, la danse, le théâtre, moi la philosophie et la poésie.

Puis le hasard, qui en réalité n’existe pas, a tissé la trame de nos vies.

Antonio est devenu l’Antonio Marras styliste et artiste qui a bouleversé la mode en en réécrivant le vocabulaire avec son style poétique qui met en équilibre d’apparentes contradictions : décors, stratifications, sobriété et emphase, tissus masculins altérés par de gracieuses broderies.

Amelia dessine l’identité de l’entreprise Saba en partant d’un concept philosophique visant à dépasser le dualisme qui divise le monde du séjour et plus particulièrement la fabrication des fauteuils et canapés, entre style minimaliste rationnel et style classique opulent.

Elle suit un parcours de conception où les produits, tout en restant fidèles à un projet industriel rigoureux, peuvent bouger, se déplacer, se désarticuler et changer de configuration sous l’effet de simples gestes légers et féminins, sans aucune intervention mécanique.

Et le style qui en découle respire et se nourrit de cette recherche.

Les formes précises des canapés s’habillent de couleurs vives et de textures généreuses et accueillantes.

Je ne sais pas pourquoi, parmi tous les stylistes, je suivais et j’aimais le parcours de Marras. Peut-être parce que, un jour, j’ai lu un article qui parlait de lui et de son laboratoire secret d’Alghero.

Je l’imaginais dans cette pièce entre les fragments d’histoires et les morceaux de tissu, puis je me voyais moi, dans mon bureau lumineux avec vue sur la campagne aux mille plantes et nuances de couleurs et avec mes collages de fleurs sur les murs.

Et puis la vie nous a fait nous rencontrer…

 

Amelia Pegorin (PDG Saba Italie)

↑ Back to top